Series

Méfiance envers les Vaccins et Décès Incalculables: C’est la Pandémie dans les Caraïbes

8 de diciembre 2021

Les îles des Caraïbes se ressemblent par leurs plages turquoise qui captivent les touristes, mais leur gestion de la pandémie a été pleine de contrastes. Lorsque les îles Caïmans avaient 81% de sa population entièrement vaccinée contre le COVID-19 fin octobre 2021, Haïti, avec 0,3%, était l’un des trois pays au monde avec le moins de personnes vaccinées. Et en Guadeloupe, malgré des doses de surplus, la majorité de la population ne veut pas se faire vacciner.

Quand la Grenade avait un taux de 1 752 décès par million d’habitants, en Haïti il ​​était de 58. Cela ne veut pas dire que les Haïtiens s’en sortent mieux, c’est qu’ils sont loin de compter tous leurs décès.

Une enquête transfrontalière menée par le Centre de journalisme d’investigation (CJI, en Français) et des journalistes de médias partenaires en Haïti, en Guadeloupe et en République dominicaine montre l’ampleur des décès dus au COVID-19 dans les Caraïbes. Le travail, qui comprenait l’analyse de documents et de données disponibles dans différentes juridictions, ainsi que des entretiens avec des professionnels de la santé qui ont travaillé sur le terrain, offre une image de grands contrastes.

Les chiffres collectés par ourworld data.org, qui offrent des indicateurs pour la région, reflètent le fait que la réponse des gouvernements et de la population caribéenne à la vaccination, et les mesures pour éviter la contagion, ont dépendu de la politique de chaque juridiction, son économie et sa culture. Dans l’archipel Guadeloupéen (avec un peu plus de 375 000 habitants), ces variables n’ont entraîné une augmentation de 227 % du taux de mortalité au lendemain de la pandémie qu’en août, même avec un accès complet au vaccin.

Une campagne de vaccination massive contre le COVID-19 a débuté le 7 janvier 2021, en Martinique et le lendemain en Guadeloupe. Cependant, bien que ces îles françaises, situées dans les Petites Antilles, disposent de vaccins, la demande n’a pas été à la hauteur des attentes. Parmi les causes, la forte méfiance de la population envers les autorités sanitaires coloniales, liée à un scandale environnemental et sanitaire dû à une contamination au chlordécone aux Antilles Françaises dans les années 70 et 90.

La contamination par ce pesticide, interdit en France, a été autorisée pour une utilisation dans les bananeraies des Antilles, affectant l’environnement et la faune. Cette contamination a touché plus de 90% de la population qui a l’une des incidences de cancer de la prostate les plus élevées au monde. En outre, une nouvelle forme de nationalisme s’est développée, ce qui a déclenché de violentes manifestations ces dernières semaines. Les deux juridictions caribéennes, colonisées par la France depuis le XVIe siècle, sont des territoires de ce pays européen depuis 1946.

Le numéro de décès dus au COVID-19 hors des hôpitaux de Guadeloupe est encore difficile à enregistrer.
Photo par Cédrick-Isham Calvados | Centro de Periodismo Investigativo

Bien que la vaccination soit accessible au public depuis janvier 2021, la majorité de la population n’a pas été vaccinée. Les autorités des deux îles ont dû transporter par avion des évacuations médicales vers la France pour libérer les hôpitaux, et il y avait des problèmes logistiques pour organiser les enterrements.

Il est encore difficile de déterminer le nombre de décès dus au COVID-19 en dehors des hôpitaux de Guadeloupe.

Manque de ressources et scepticisme en Haïti


En Haïti, le problème du décalage dans le décompte est bien pire : le manque de ressources économiques et l’incapacité totale de ses institutions se doublent des croyances alternatives d’une grande partie de la population concernant la maladie. Beaucoup ne croient pas à l’existence ou à la gravité du virus parce que la mortalité attendue n’a pas été observée, et ils croient en la médecine traditionnelle et les remèdes à base de plantes, comme c’est la tradition du pays, plutôt qu’en la science, la médecine et les vaccins. Dans le pays de 11,4 millions d’habitants, assiégé par des gangs et en proie à une crise de gouvernance suite à l’assassinat de son président, Jovenel Moïse, en juillet dernier, ils n’ont pratiquement aucune idée du nombre de personnes décédées du virus.

Au départ, seuls deux centres de santé ont ouvert leurs portes aux personnes infectées en Haïti. Mais en raison de la projection de millions de personnes infectées et de centaines de milliers de décès dans le pays le plus pauvre de l’Hémisphère Occidental, le Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP) a mis en place davantage de centres de soins, dont la plupart manquaient d’équipements pour les interventions médicales.

Moderna vacuna
En Haïti, peu de personnes ont été vaccinées contre le COVID-19. Beaucoup parient sur la médecine traditionnelle et les remèdes à base de plantes plutôt que sur la science, la médecine et les vaccins.
Photo par Carvens Adelson | AyiboPost

Cependant, bon nombre des personnes infectées ont refusé d’être hospitalisées. Les centres étaient vides jusqu’à leur fermeture en septembre 2020.

En cours de route, les membres de la population présentant des symptômes de la maladie n’ont pas eu de tests de diagnostic, sont restés à la maison et ont préféré se fier aux tisanes. D’où l’incapacité du MSPP à partager une véritable estimation des personnes infectées en Haïti. De plus, l’État a eu une capacité très limitée pour effectuer un dépistage à grande échelle en raison du manque de matériel.

La population haïtienne a rejeté les mesures préventives et les conseils des autorités sanitaires. Certaines personnes pensent qu’il n’y a jamais eu de COVID-19 en Haïti, et d’autres disent qu’elles n’ont pas vu la vague de décès qui avait été prédite. D’où leur refus de se faire vacciner contre le virus. Désormais, peu de personnes acceptent de se faire vacciner et le gouvernement lui-même a rejeté les dons de vaccins AstraZeneca qui leur étaient offerts par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et la République dominicaine voisine. L’une de ses raisons est les cas de coagulations sanguines détectées en Europe chez les personnes vaccinées avec cette marque.

Ils mènent la vaccination, mais font face à des hauts et à des bas 

La gestion de la pandémie a été différente en République dominicaine et à Porto Rico, où résident respectivement près de 11 millions et 3,2 millions de personnes.

À Porto Rico, les premiers mois de la pandémie ont été connus pour le manque de tests de diagnostic et d’équipements d’intervention tels que des ventilateurs, et par un excès de décès dus à des causes associées au nouveau virus, mais non identifiées comme telles dans le registre de mortalité. Également en raison de la corruption associée aux achats de plusieurs millions de dollars de tests qui ne sont jamais arrivés, un incident pour lequel des accusations criminelles ont été déposées. Cependant, la contagion et la mortalité ont été maîtrisées par le verrouillage strict imposé tôt à tous les résidents et entreprises par le gouvernement de l’époque Wanda Vázquez.

Une campagne de vaccination massive a commencé en décembre 2020 lorsque l’utilisation des vaccins Pfizer et Moderna a été approuvée et, bien que les doses aient été rares au cours des deux premiers mois et que le gouvernement ait permis à beaucoup de sauter l’ordre établi dans le plan de vaccination, les efforts ont porté leurs fruits. , devenant la juridiction des États-Unis avec le taux de vaccination le plus élevé avec plus de 73% des résidents vaccinés.

Des mesures de protection strictes, telles que des restrictions de circulation des personnes et l’ouverture d’entreprises, et l’utilisation obligatoire de masques, ont eu un effet. Cependant, en Juillet, tout comme la propagation de la variante Delta aux États-Unis et a commencé à atteindre Porto-Rico, le Gouverneur Pedro Pierlusi a annulé toutes les mesures, y compris l’utilisation de masques dans les espaces fermés bondés.

Pedro Pierluisi y Carlos Mellado
Le gouverneur de Porto Rico, Pedro Pierluisi, et le secrétaire du Ministère de la Santé, Carlos Mellado, pendant une conférence de presse à La Fortaleza.
Fichier photographique

Le résultat a été qu’août a connu le deuxième pic le plus élevé de décès dus au COVID-19 depuis le début de la pandémie, malgré le taux de vaccination élevé, selon les données analysées par le CJI. Ce rebond était proche du mois avec le plus grand nombre de décès à ce jour, survenu en décembre 2020, mais le profil des victimes était beaucoup plus jeune.

L’utilisation obligatoire d’un masque à l’intérieur a été rétablie et la mortalité due au COVID-19 est tombée aux niveaux les plus bas enregistrés en octobre et début novembre.

Pendant ce temps, le gouvernement dominicain maintient une campagne nationale de vaccination et, bien qu’il n’ait pas le soutien de tous les secteurs, il a été l’un des premiers pays à demander une troisième dose facultative.

Dr. Daniel Rivera y Raquel Pena
En République Dominicaine, l’information sur la pandémie est contrôlée par un cabinet de santé coordonné par la vice-présidente du pays, Raquel Peña. À gauche, le ministre de la Santé, Daniel Rivera.
Photo fournie

Le Ministère Dominicain de la Santé a publié un bulletin quotidien comprenant les chiffres officiels de la pandémie depuis le 18 mars 2020. Cependant, il a également rencontré de sérieux problèmes dans la gestion de ses statistiques de mortalité, présentant des chiffres radicalement différents à travers deux de ses agences publiques : en juillet 2021 le Conseil Electoral Central (CEC en Français), l’institution qui gère l’état civil, a estimé que les décès liés au virus dépassaient 8000, tandis que le ministère de la Santé les évaluait à près de 4000.

Le gouvernement Dominicain s’est également distingué en maintenant un contrôle fort de l’information sur la pandémie, en déléguant sa gestion à un cabinet de santé présidé par la vice-présidente de la République, Raquel Peña.

Dans son explication aux médias Dominicains de la discordance majeure dans les chiffres, détectée dans une analyse du CJI et divulguée par plusieurs médias du pays en septembre, la CEC a indiqué que ses nombres de décès dus au COVID-19 provenaient des documents délivrés par les entités autorisées par la loi à délivrer des certificats de décès et à établir les causes de décès : le Ministère de la Santé et, dans des cas particuliers, un maire de petite ville, un fonctionnaire des petites communautés élu par ses habitants.

Le Ministère de la Santé Publique a fait valoir que, bien qu’il utilise les données de la CEC, il affine les causes de décès établies dans les certificats de décès par le biais d’une “autopsie sociale”, jusqu’à valider les “vrais décès dus au COVID-19”.

Il a souligné que sa direction d’épidémiologie évalue et classe les décès selon les critères internationaux établis pour le nouveau coronavirus. Une telle surveillance épidémiologique implique une enquête plus approfondie sur ce qui est arrivé à chaque cas pour classer correctement les décès.

Le CJI a demandé à plusieurs reprises à l’agence d’expliquer comment elle menait ce processus au cas par cas, avec quel personnel et quelle expertise, et comment cela correspondait aux normes statistiques internationales qui ont accepté de comptabiliser tous les cas suspects. L’agence n’a jamais divulgué l’information.

En septembre 2021, des responsables du ministère de la Santé et de la CEC se sont réunis pour normaliser le traitement du nombre de décès dus au COVID-19. Jusqu’à la quatrième semaine de juillet 2021, le ministère a officiellement dénombré 3961 décès dus au COVID-19, tandis que l’état civil dominicain a signalé 8263 décès liés à la maladie.

Dans son rapport, la Direction Nationale de l’Etat Civil (DNEC en français) a recensé environ 2000 décès d’individus décédés entre mars 2020 et juillet 2021, dont les actes de décès ont établi qu’ils étaient suspectés ou probablement porteurs du virus.

La CJI a analysé une base de données complète et détaillée fournie par la Direction Nationale de l’Etat Civil de CEC, répertoriant les décès en République Dominicaine entre 2015 et juillet 2021, qui a révélé au moins 5 197 cas de personnes atteintes de COVID-19 au moment de leur décès, selon leur certificat de décès, et environ 1 878 personnes soupçonnées d’être atteintes de la maladie.

Mais il y a eu aussi des cas de décès dans des accidents de la route, par pendaison ou par épisodes épileptiques, qui ont été comptés comme des cas de COVID-19, car les gens avaient la maladie au moment du décès.

« La Santé publique va vous dire qu’il y a beaucoup de cas non confirmés, qu’ils n’ont aucune preuve. Ils essaieront également de faire leur justification, mais il ne fait aucun doute qu’il y a une sous-déclaration, pas dans cette épidémie, non, dans toutes les épidémies », a déclaré le président du Collège médical dominicain, Waldo Ariel Suero.

Bien que le ministère de la Santé publique reconnaisse qu’il puisse y avoir une sous-déclaration des décès, il défend son chiffre officiel comme valable, qu’il essaie de garder sous contrôle avec l’obligation de montrer la carte de vaccination pour entrer dans les espaces publics et de travail depuis le 18 octobre dernier. La quantité de vaccination a été enregistrée ce jour-là et le lendemain, 116 000 et 124 000 vaccinés, respectivement, avec les première, deuxième et troisième doses de vaccin.

Le faible chiffre du Ministère de la Santé Publique – qui est signalé aux organisations internationales – et le fait que plus de 50% de sa population territoriale soit entièrement vaccinée, sont les justifications que le pays a utilisées pour se promouvoir avec confiance à l’étranger pour récupérer le secteur du tourisme qui a été détenu entre avril -Juin 2020 en raison de la pandémie. Selon le ministère du Tourisme, en octobre 2021, plus de touristes sont arrivés dans le pays qu’au même mois de 2019 et 2018, qui étaient des années sans pandémie.

Dans un rapport publié cette année intitulé « Mortalité due au COVID-19 : preuves et scénarios », la Commission Economique pour l’Amérique Latine et les Caraïbes (CEALC) a déclaré que certains pays ont des registres nationaux de décès presque complets tels que ; l’Argentine, le Chili, Cuba, et l’Uruguay, mais dans d’autres, comme la République Dominicaine, l’omission estimée est supérieure à 25 %.

Le rapport explique qu’en plus des variations dans la certification des décès, l’analyse par cause de décès présente un niveau de complexité supplémentaire.

« La raison en est que la région présente des défis concernant la codification des causes de décès, puisqu’il existe encore des pourcentages importants de causes classées avec des codes mal définis ou peu utiles », ajoute-t-il.

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) elle-même a averti en mai de cette année que le nombre officiel de décès dus à la pandémie de COVID-19 pourrait présenter une sous-déclaration importante et a estimé que le nombre réel de décès directs et indirects liés à la maladie pourrait être de deux à trois fois plus élevé que l’officiel.

L’absence de systèmes fiables pour enregistrer les décès et le fait que, dans de nombreux cas, les décès dus au COVID-19 sont survenus avant que des tests ne soient effectués pour détecter le virus, figurent parmi les causes citées par l’OMS pour la sous-déclaration dans de nombreux pays.

Décès excessifs toutes causes confondues

Selon une analyse des statistiques officielles, en République dominicaine – où 40500 personnes en moyenne sont décédées chaque année depuis 2015 – une mortalité nettement supérieure à la moyenne a été enregistrée en janvier, juillet et août 2020, et en janvier, mai et juin 2021. Au moins quatre de ces mois ont coïncidé avec des pics de décès liés au COVID-19.

Un peu plus d’un mois après le début officiel de l’année scolaire entièrement en personne en septembre, une quatrième vague d’infections a été déclarée en République Dominicaine à un moment où il n’y a ni couvre-feu ni ordonnance de confinement. Au 31 octobre 2021, le taux de positivité quotidien s’élevait à 14,72 %.

Porto-Rico a connu un excès de décès, toutes causes confondues, pendant la majeure partie de la pandémie.

Les décès, qui ont commencé pendant la période initiale de confinement strict mis en œuvre par le gouvernement de Porto-Rico entre mars et avril 2020, se sont poursuivis de juillet à avril de cette année, selon une analyse que le CJI a faite des données de mortalité du registre démographique de Porto-Rico.

Carlos Mellado
Le secrétaire du ministère de la Santé de Porto Rico, Carlos Mellado.
Fichier photographique

Les mois suivants de 2021 pourraient également révéler des décès excessifs, car les données de mortalité du gouvernement de Porto-Rico peuvent actuellement inclure des retards partiels allant jusqu’à six mois en raison de la manière dont les informations sont saisies et raffinées. Le registre modifie actuellement son système afin que les responsables de pompes funèbres puissent saisir les informations en ligne, ce qui rend le processus plus agile, a déclaré la directrice de l’agence, Wanda Llovet, au CJI.

Une enquête du CJI, publiée en septembre, a déterminé que l’excès de décès suggérait que le nombre réel de décès liés au COVID-19 au cours des six premiers mois de la pandémie pourrait être jusqu’à trois fois supérieur à celui signalé. Avec les données disponibles jusqu’en mai 2021, la surmortalité était de 3222 décès.

Les Centres de Contrôle and Prévention des maladies des États-Unis surveillent surmortalité de toutes les causes de décès dans tous les États et juridictions pratiquement depuis le début de la pandémie. Cette technique est utilisée en santé publique et en épidémiologie pendant les crises pour détecter des tendances de décès au-dessus de la norme.

Il s’agit d’une mesure complète de l’impact réel d’une urgence de santé publique telle que la pandémie de COVID-19 que les cas officiellement confirmés ne peuvent pas fournir seuls en raison du manque de preuves et de l’ignorance du nouveau virus, entre autres facteurs.

Cependant, ce système alternatif de suivi de l’impact réel de la pandémie dépend de l’existence d’un système d’enregistrement des décès efficace dans chaque pays et, tout comme l’équipe du CJI et ses médias partenaires l’ont constaté, ce n’est pas toujours le cas.

Diario Libre (République dominicaine), RCI (Guadalupe) et AyiboPost (Haïti) ont participé à cette enquête sur COVID-19 dans les Caraïbes, qui a été rendue possible en partie grâce au soutien de Para la Naturaleza, Open Society Foundations et le Fondation Connaissance et Liberté (FOKAL).

¡APOYA AL CENTRO DE PERIODISMO INVESTIGATIVO!

Necesitamos tu apoyo para seguir haciendo y ampliando nuestro trabajo.